Le monde actuel est basé sur la peur, et c’est d’autant plus prégnant en ces temps de Covid-19. La peur doit-elle guider nos actions ou être considérée comme un signal d’un nœud interne à dénouer ? Ou bien les deux ?

Vous trouverez dans ce 6e épisode de Mist terre : 

Au début

L’introduction musicale habituelle pendant les 30 premières secondes.

Une lettre écrite à la Peur, sur un mode similaire à celui de la lettre à l’Amour.

Le plat de résistance (où il s’agit d’être oui)

Vers 3:55, c’est le début du podcast proprement dit. Il sera question de la peur, omniprésente dans le monde actuel, d’autant plus en temps de Covid-19. C’est la peur qui nourrit le monde de la dualité et de la discorde dans lequel l’humanité est plongé. Et c’est aussi elle qui nous coupe de la Source, de l’étincelle divine en nous.

La peur nous laisse mariner dans notre cocon d’autopréoccupation, donne du carburant à nos pensées les moins élevées, nous faisant oublier qu’en tant qu’humains, notre mission est de retrouver le divin en nous, de devenir co-créateurs avec la Source de toute vie.

Une question se pose  : et si la peur pouvait être un message nous intimant de revenir à nous, de nous retourner vers l’essentiel, l’essen-ciel ? Et si on pouvait passer à un monde basé sur la confiance en travaillant nos divisions intérieures et extérieures ?

Concrètement

À partir de 09:00 environ, que peut-on faire concrètement avec nos peurs ?

Il sera question de l’antidote de la peur : la confiance et l’amour. De quoi faire avec nos peurs quand elles sont là. Et d’un moyen de se sortir de son cocon d’autopréoccupation ou des pensées obsédantes basées sur la peur : être au service. Se donner, donner de son temps, sortir de soi. Et par là-même se reconnecter aux autres et à la Source.

Pour finir

Ce podcast, plus court que les précédents, ne prétend pas faire le tour de la question mais il donne quelques clés, pose quelques questions qu’il s’agit d’habiter si nous ne souhaitons pas (plus) vivre dans un monde basé sur la peur.

Une citation, non présente dans le podcast : “Si vous vivez en Lui – il n’y a plus de peur” (Dialogues avec l’ange p. 249). Autrement dit, quand on sort de soi comme je le propose, pour se connecter, en notre for intérieur, à la Source, il n’y a plus de peur. On en revient toujours là.

Dans la vie d’un humain, il est un passage particulier, un second baptême, celui qui nous fait passer de l’homme psychologique à l’homme spirituel, celui qui nous reconnecte au divin que nous sommes aussi. Voici comment Maurice Zundel, un prêtre et mystique suisse décédé en 1975 parle de ce retournement, de cette nouvelle naissance, de ce que j’appelle “se reconnecter à la Source” dans À l’écoute du silence :

« Le véritable itinéraire va, en réalité, non à sens unique du corps à l’âme – pour nous évader du corps – mais du moi biologique, du moi servitude, du moi préfabriqué, du moi qui m’est tombé dessus comme un colis jeté sur un quai de gare – du moi que je ne suis pas en un mot – au moi authentique, au moi spirituel, au moi origine, au moi créateur, au moi qui est source et valeur, au moi qui est universel, au moi qui est don, enfin, et que nous percevons dans la lumière et la transparence de l’amour. Ce passage, ce changement d’étage, cette libération s’annonce et retentit nécessairement dans tout notre être. C’est tout notre être, corps et âme, qui devient personne, origine, source et valeur. »